L’association a tenu son Assemblée générale annuelle

L’association FIT – Une femme, un toit a tenu son Assemblée générale annuelle le 26 avril dernier : l’occasion de présenter notre rapport d’activité pour l’année 2013, d’adopter notre motion d’orientation pour l’année 2014 et d’élire notre Conseil d’administration et notre Bureau.

 * * * * *

Les principaux chiffres de l’année 2013

L’association a accueilli 92 jeunes femmes en 2013. 32 sont parties, 32 sont arrivées.

fleche 2   Retrouvez l’ensemble des chiffres de notre activité en 2013 ainsi que nos principales actions      militantes et sociales dans notre rapport d’activité complet : cliquez ici.

Profil des résidentes

L’âge moyen des résidentes arrivées en 2013 est de 21 ans. 52% d’entre elles n’avaient aucune ressource (zéro euro) et 82% d’entre elles vivaient en-dessous du seuil de pauvreté.

Violences subies

80% d’entre elles ont été victimes de violences intra familiales, 42% de violences conjugales, 47% de violences sexuelles. 24% des résidentes ont été victimes de mariage forcé. 7% des résidentes hébergées ont été prostituées pour survivre. 13% ont subi des violences politiques dans leur pays d’origine.

65% des résidentes ont connu l’errance. 28% ont été contraintes de dormir dehors (rue, hall, parking, gare, cabine téléphonique). 85% d’entre elles sont en situation de rupture familiale.

Santé

38% des résidentes arrivées en 2013 déclarent un problème d’addiction (alcool, cannabis, etc.). 63% des jeunes femmes hébergées connaissent des troubles du sommeil, 42% des problèmes gynécologiques. Les résidentes qui ont subi des violences et/ou connu une situation d’errance déclarent plus de problèmes de santé que les autres (troubles de l’alimentation, problèmes ophtalmologiques, problèmes dentaires, diabète, épilepsie, migraine, etc.).

40% des résidentes n’avaient pas de couverture maladie à leur arrivée, contre 11% au moment de leur départ ou à fin 2013.

Logement

77% des résidentes se sont inscrites comme demandeuses de logement social en 2013. 56% des résidentes qui ont quitté le centre d’hébergement ont accédé à un logement autonome, contre 34% en 2012, dans le parc privé, le parc social, ou dans une résidence sociale.

Sur 9 jeunes femmes enceintes, devant donc quitter le centre d’hébergement qui n’accueille pas les femmes avec enfant, 6 ont été orientées vers des CHRS Famille ou des centres maternels. 2 ont choisi de retourner vivre avec le conjoint violent. Nous n’avons pas encore trouvé de solution pour une des jeunes femmes enceintes, sans papier, qu’aucun centre ne veut pour le moment accueillir.

Emploi

64% des résidentes n’avaient aucun diplôme acquis à leur arrivée.

La proportion de résidentes en emploi est passée de 21% à l’arrivée à 55% au départ ou fin 2013. 3 jeunes femmes seulement étaient en CDI temps plein à leur arrivée : elles étaient 23 au moment de leur départ ou fin 2013. Le nombre de résidentes en CDI temps partiel est passé de 4 à 14. Entre janvier et juin 2013, le taux de chômage des résidentes a été divisé par 2.

Les jeunes femmes sont essentiellement embauchées dans les secteurs d’aide à la personne, de services (administratifs et commerciaux) et de restauration/hôtellerie.

 * * * * *

Motion d’orientation 2014

L’Assemblée générale a adopté à l’unanimité la motion d’orientation suivante :

Capture d’écran 2014-05-05 à 11.19.29

 

Fin 2012, le président de la République a annoncé dans nos locaux la création de 1650 places d’hébergement pour les femmes victimes de violences. En 2013, nous avons milité pour qu’une partie de ces places puisse être destinée aux jeunes femmes victimes de tout type de violences et nous nous sommes heurtées aux décalages entre les annonces politiques et leurs concrétisations administratives et budgétaires.

En 2014, l’association FIT une femme un toit se donne alors comme priorité à la fois la défense de sa dotation (en baisse depuis quelques années) et la gestion de nouvelles places accueillant spécifiquement des jeunes femmes victimes de violences. Des pistes existent, des contacts sont pris, 2014 doit les voir se concrétiser. 

En 2014, l’association, dans la continuité des quelques années passées, poursuivra le développement de son expertise et de ses partenariats.

En cette période de crise et de précarisation forte des jeunes femmes, deux axes restent prioritaires : l’accès à l’emploi et l’accès au logement.

Notre expertise de plus en plus reconnue permettra également de développer notre activité de formation.

De même, notre participation au comité de pilotage de l’observatoire régional de lutte contre les violences faites aux femmes nous permettra de renforcer nos connaissances et nos partenariats, nous pourrons être vigilantes pour porter la spécificité des jeunes femmes. 

La vie associative doit également se développer en 2014. L’association s’enrichie quotidiennement depuis quelques années de sa double expertise, à la fois association gestionnaire d’un centre d’hébergement et de réinsertion sociale de jeunes femmes victimes de violences et association féministe militant pour la liberté des femmes et l’égalité entre femmes et hommes.

En 2014, expertise professionnelle de terrain et engagement féministe doivent continuer à s’enrichir mutuellement.

Membres du conseil d’administration et adhérents pourront ainsi s’engager pour alimenter cette double expertise de l’association. Par exemple, un travail de réflexion pourra être amorcé sur les freins rencontrés par les femmes victimes de violences dans l’accès et l’exercice du sport. Autre exemple, un groupe de travail articulant acteurs de terrains, chercheur-se-s et institutions pourra être lancé sur les conséquences qu’ont les violences faites aux femmes sur leurs situations d’emploi, d’insertion professionnelle ou de formation.

Par ailleurs, l’association doit s’ouvrir à de nouveaux et nouvelles adhérent-e-s, ayant envie de porter les objectifs de l’association et enrichissant les compétences de l’association par de nouvelles expertises, notamment militantes.Capture d’écran 2014-05-05 à 11.19.36

 

 * * * * *

Conseil d’Administration et Bureau de l’association

L’Assemblée générale a élu le Conseil d’Administration de l’association. Il est désormais composé de : Séverine Lemière, Fatimata Sall, Marie Becker, François Raymond, Thalia Breton, Philippe Lambert, Delphine Jarraud, Hélène Delacroix, Charlotte Bolter.

Séverine Lemière est réélue Présidente de l’association.

Le Conseil d’Administration a ensuite élu un nouveau Bureau, composé de :

  • Présidente : Séverine Lemière, Maîtresse de conférence IUT Paris Descartes, chercheuse sur le thème de l’égalité professionnelle et salariale femmes/hommes.
  • Secrétaire : Marie Becker, juriste au Conseil supérieur de l’égalité professionnelle femmes/hommes.
  • Trésorier : François Raymond, Directeur des services de soins infirmiers du Samu social de Paris, organisme gestionnaire entre autres missions de 194 lits d’hébergement et de soins en faveur de personnes parisiennes sans-abri.
  • Chargée de la communication et des outils militants : Thalia Breton, militante féministe, ancienne porte-parole d’Osez le féminisme !

Marie Cervetti est directrice de l’association et du centre d’hébergement Les Univers’Elles.